«Clairement : vers le haut !»

13. DéCEMBRE 2022

Lorsqu’on demande à Steffi Schmidt ce qui la motive au quotidien, la réponse vient sans hésitation : «Je veux que nos clients puissent être sûrs d’avoir toujours et à tout moment des produits irréprochables. Nous devons tous aller au moins une fois dans notre vie à l’hôpital – et là, les produits doivent être irréprochables. Si nous-mêmes ou nos proches avons un accident, si nous devons éventuellement subir une opération, nous voulons être certains que les produits sont fiables. Après tout, quand il s’agit de santé, on ne veut que le meilleur.»

Des normes et des réglementations

Pour que les clients ne reçoivent que le meilleur, c’est-à-dire des produits médicaux irréprochables qui répondent à toutes les normes, Steffi, en tant que responsable des deux secteurs Gestion de la qualité (QM) et Affaires réglementaires (AR), a fort à faire. Avec son équipe, elle veille à ce que tous les produits des fournisseurs ainsi que tous les produits et sets qui quittent l’entreprise soient conformes aux normes de la loi sur les dispositifs médicaux.

D’une part, les prescriptions strictes de la loi sur les dispositifs médicaux doivent être appliquées et, d’autre part, le certificat ISO doit être maintenu. «Avec mon équipe, nous veillons à ce que les certificats conservent toujours leur validité. Je révise des documents et j’organise des formations. Je fais aussi des vérifications et des contrôles de l’entrepôt, de la production et des produits, je m’occupe des autorités et des audits des organismes externes qui nous contrôlent régulièrement.»

Le fait que Steffi examine aujourd’hui minutieusement des produits médicaux dans le canton de Glaris ne figurait pas vraiment dans son plan de vie. Elle a toujours voulu entrer dans la police, mais est finalement «restée coincée en Suisse», comme elle le dit sur le ton de la plaisanterie. Elle n’est pourtant pas si éloignée aujourd’hui du métier de ses rêves de départ : Ici aussi, elle doit faire respecter les lois et faire régner l’ordre.

Souhaits individuels des clients

Promedical a la bonne taille pour pouvoir répondre en détail aux souhaits spécifiques des clients : «Si nous vendons un set de produits médicaux, la loi stipule qu’il ne doit contenir que des dispositifs médicaux. Si un client souhaite y ajouter un autre article parce que cela correspond à son flux de travail, nous cherchons alors ensemble une solution qui convienne à toutes les parties concernées. Bien sûr, nous devons toujours vérifier si les souhaits des clients sont compatibles avec l’aspect juridique. Mais nous essayons de faire en sorte que tout soit possible.»

Un coup de force pour commencer

Steffi travaille pour Promedical depuis 2017. Dès le début, elle a dû relever un grand défi : «Nous sommes certifiés ISO 13485 et nous devions obtenir une nouvelle certification conforme à la nouvelle version de la norme». Steffi a étudié les techniques d’hygiène en Allemagne ; lors de ses études de bachelor dans le domaine pharmaceutique, médical et alimentaire, la gestion de la qualité et les affaires réglementaires étaient certes des sujets importants, mais ce n’est qu’au canton de Glaris qu’elle a vraiment approfondi le sujet. Steffi s’est consciencieusement penchée sur la question – et la certification s’est déroulée sans accroc. «Une étape importante pour nous», se réjouit encore aujourd’hui Steffi.

Courir pour compenser

Ceux qui connaissent Steffi savent Quand elle s’attaque à quelque chose, elle le fait bien. Pas seulement dans le domaine professionnel, mais aussi dans le sport. Elle peut se dépenser pleinement en faisant du trail running, c’est-à-dire en courant dans la nature et en dehors de toutes les routes goudronnées. Elle a pratiqué ce sport ainsi que l’ultra running avec beaucoup de succès, jusqu’à un accident en 2019. «Eh bien, finir parmi les trois premiers, pas besoin de plus», dit-elle modestement. Et à part ça ? Steffi est passionnée par la randonnée, le VTT et le vélo de course. Bien sûr, le canton de Glaris est idéal pour cela : «Quand je me tiens devant la maison, la pente est raide partout et je vois toutes les possibilités qui s’offrent à moi. Et je veux aller en haut», dit-elle en riant.

Beaucoup d’affection pour le canton de Glaris

Avec son mari, Steffi a acheté une maison dans l’arrière-pays glaronnais il y a un peu plus d’un an. «On dit toujours que les Glaronnais sont un peuple de montagne renfermé et un peu spécial, mais nous avons été accueillis très chaleureusement et à bras ouverts», se réjouit cette Allemande d’origine. Cela peut aussi s’expliquer par le fait que Steffi et son partenaire s’identifient pleinement à leur nouvelle commune d’accueil – ils ont rejoint les pompiers et l’association de mycologie du Glarnerland. «Certains membres ont des connaissances absolument fascinantes sur les champignons. Mais Steffi n’est pas seulement devenue une vraie Glaronnaise en ce qui concerne la maison et les champignons : «J’adore le sérac – je pourrais manger une part entière en une seule fois», dit-elle en riant. Eh bien, l’intégration est réussie, dirions-nous.